Carlos Núñez : Espagne

Style : Musique gaëlique


Référence de la cornemuse galicienne (la gaïta), qu’il a contribué à faire renaître, virtuose de la flûte, Carlos Núñez est l'un des rares musiciens traditionnels à avoir atteint le statut de pop star. Il aura suffi d’une journée au maître de la gaïta pour que son dernier album devienne disque d'or en Espagne !

A tout juste 13 ans, en 1984, Carlos Núñez est désigné comme représentant de la Galice pour participer au mythique Festival celtique de Lorient (Bretagne - France) où son génie précoce lui vaut d’accompagner en soliste l’Orchestre symphonique de la ville sur un morceau de Shaun Davey. En 1997 sort son tout premier album, « Brotherhood of the Stars », coproduit avec Paddy Moloney et Ry Cooder. Il réunit cinquante invités dont l’espagnole Luz Casal, la portugaise Dulce Pontes, ainsi que des compadres cubains et autres musiciens andalous, basques ou irlandais. Deux ans plus tard, Jackson Browne, Dan Ar Braz, le flamenquiste Vicente Amigo, parmi bien d’autres, justifient le titre du second album : « Os amores libres ». En 2000, « Mayo Longo » réunit la crème des musiciens irlandais et Roger Hodgson, ex-Supertramp. En 2003, « un Galicien en Bretagne » voit le catalan Jordi rejoindre un équipage breton composé de Dan Ar Braz, Gilles Servat, Alan Stivell… suivi en 2005 de « Cinema do Mar » consacré aux musiques de film.

Son périple passe aussi par le cinéma, avec l’enregistrement aux côtés des Chieftains, légendaire tribu musicale irlandaise, de la BO du film L'Ile au trésor avec Charlton Heston et Oliver Reed, ainsi que celle du film Mar Adentro de Alejandro Amenabar. Il vient de participer, toujours avec les Chieftains, à la musique du prochain film de Jay Russell «The Water Horse : Legend of the Deep» (sortie en décembre prochain). Composée par James Newton Howard -plusieurs fois nommé aux Oscars-, la musique est en cours d’enregistrement aux studios d’Abbey Road avec le London Symphony Orchestra. La chanson du film : interprétée par Sinéad O’Connor, produite par Daniel Lanois (U2, Bob Dylan).

A l'origine de croisements musicaux ou d’interprétations à la cornemuse jusqu'alors jugées improbables, de la pop la plus actuelle à la musique traditionnelle la plus ancestrale, Carlos Núñez, ce « showman » doué d’un sens particulièrement festif, dont chaque concert est un événement, a su créer son propre style, éclectique et flamboyant. Artisan du renouveau de la musique celtique ibérique, presque oubliée sous l’étouffoir de la dictature franquiste, il a su prouver également qu'un instrument traditionnel peut allègrement franchir les frontières géographiques et musicales. Il vient de sortir “Melodies from Gedo Senki”, nouvel album exclusivement réservé au marché japonais.

Formation :
 
Carlos Núñez : gaïta, flûte à bec, ocarina, low et tine whistle
Xurxo Núñez : pandeireta, bodhran, batterie, guitare
Pancho Alvarez : Bouzouki, banjo, vielle à roue
Begoña Riobó : violon, chant
Paloma Trigás : violon

Avec le soutien de l'Ambassade d'Espagne, de l'Agence de Espagnole de Coopération Internationale et de l’Institut Cervantès